c.bouafia@polemicrotechniques.fr
07 78 49 34 83
Devenir membre S'abonner

Publié le 08/11/2017

Nos membres à l’honneur : Mademoiselle Anne

Source : Traces Ecrites, « Le design, c’est la petite couche esthétique qui fait vendre le produit »

Source : Traces Ecrites, « Le design, c’est la petite couche esthétique qui fait vendre le produit », Monique Clémens, le 19 octobre 2017.

Mademoiselle Anne est le nom de l’entreprise d’Anne Gillen, designer graphiste indépendante à Besançon. Ce métier, plus indispensable qu’on ne le croit, gagne à être connu des entreprises.

Anne Gillen a notamment participé en tant que coach au Hacking Health de Besançon, le marathon de l’innovation en santé organisé par le Pôle des Microtechniques et la CAGB du 13 au 15 octobre dernier, offrant son expertise aux différentes équipes et animant un atelier sur le design auprès des porteurs de projets. Le designer industriel va apporter son expertise en termes d’esthétique et d’ergonomie de l’objet, en prenant en compte les contraintes de fabrication industrielle et le financement. Mademoiselle Anne a déjà à son actif les dessins d’une collection de bijoux, mais aussi d’un cathéter destiné à s’intégrer dans une grosse machine d’analyse du sang. « Ce que j’ai expliqué aux porteurs de projet du Hacking Health, c’est qu’il faut partir de la base : une chaise pour quoi faire ? Il ne faut pas partir avec une idée de solution mais élargir au maximum puis, ensuite, réfléchir en entonnoir. »

annefrachebois

Photo : Olivier Perrenoud

Le designer peut intervenir à différents stades de conception du produit et même en fin de projet.

« Moi, je conseille aux entreprises de faire appel à un designer au minimum en phase finale, avant de lancer le produit. Il prend le relais et tire les choses pour qu’elles soient encore meilleures. Personnellement je fonctionne sur les contraintes, je ne dénature pas le projet, je l’améliore là où les concepteurs du produit se sont arrêtés, ce n’est pas très compliqué. Cela me semble un minimum avant de lancer un produit en série. Et autant qu’il soit malin jusqu’au bout… »

« Le design peut intervenir partout où l’on a envie d’innover c’est la petite couche esthétique qui fait vendre le produit. […] Moi, j’ai besoin et envie de faire de l’utile, qui rende la vie plus douce et plus intelligente. Pour le cathéter, par exemple, j’ai réfléchi à ceux qui allaient l’utiliser, le patient et le médecin.»

Après avoir été graphiste dans une imprimerie puis responsable de collection pour Etoile Passion qui avait racheté la marque horlogère Aktéo, Anne Gillen a ensuite été embauchée comme directrice artistique à Maty et s’est lancée en tant que free-lance en graphisme, communication, design produits et gestion de collection pour Trendy Elements. C’est en 2013 qu’Anne Gillen a décidé de devenir indépendante et a créé sa propre marque de montres pour enfants qui a fait un véritable carton. « L’idée est maintenant de faire un gros développement en passant par un distributeur. Il est temps de passer à la vitesse supérieure et de me recentrer sur mon métier, la communication graphique et le design. »

 

Voir le book de Mademoiselle Anne.